lundi 16 juillet 2012

Le Carrousel tourne plus vite que la pendule

Plus d’une fois, on a signalé ici les calculs bizarres, voire manifestement faux, livrés par Pierre Orefice, qu’il s’agisse du nombre de visiteurs des Machines, de la hauteur des constructions ou du calendrier.

Avec le Carrousel, c’est reparti pour un tour. En cause, cette fois-ci, la mesure du temps. « Il faut compter près de 8 minutes pour l’embarquement. Les tours feront 3 minutes 40. Et comptez ensuite 4 minutes de débarquement », a expliqué le directeur des Machines de l’île à Jean-Philippe Corbou, de Presse Océan (numéro du 15 juillet). « On fera donc cinq tours par heure. »

Ah ! oui ? 8 + 3,4 + 4 = 15,4 minutes. Le Carrousel ne fera donc pas cinq tours par heure mais moins de quatre ! Plus de 20 % d’écart : on espère juste que les calculs de rentabilité ont été établis sur des bases plus exactes. Il ne manquerait plus que le Carrousel vienne creuser le déficit des Machines, qui se situe déjà quelque part entre le plateau des abysses et celui des fonds marins !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Pourquoi faire des bénéfices ?
CONSEIL DE NANTES METROPOLE – COMMUNAUTE URBAINE
REUNION DU 25 juin 2010
Droits d’auteur

François Delarozière et Pierre Orefice, en tant qu’auteurs du projet, percevront une rémunération basée sur le volume de fréquentation de l’équipement et sur le chiffre d’affaires de la boutique réalisé sur la vente des produits en lien avec le contenu artistique des Machines, prévue comme une dépense dans le compte d’exploitation de la délégation. Celle-ci représente 0,5% du chiffre d’affaires de la billetterie, assorti de conditions de déclenchement et de plafonnement et 3% du chiffre d’affaires de la boutique.

Sven Jelure a dit…

Puisque la rémunération de MM. Delarozière et Orefice est calculée d'après le chiffre d'affaires et non d'après le résultat, peu importe pour eux que les Machines gagnent de l'argent ou en perdent (sauf si les "conditions de déclenchement" non publiées exigent un bénéfice). Sur chaque billet à 8,00 euros, ils touchent leurs 4 centimes, même si le contribuable doit mettre 2 ou 3 euros au bout pour équilibrer.