samedi 3 octobre 2015

Mais qu’allaient-ils faire dans cette Maker Faire ? (1) Les créateurs des Machines de l’île à New York

Pierre Orefice et François Delarozière sont allés à New York voici quelques jours. « Nous allons participer à la ‘’Maker conférence’’ durant une semaine », ont-ils déclaré à Emmanuel Vautier (Presse Océan du 21 septembre). « L’événement réunit près de 80 000 personnes. » Cette déclaration confond deux manifestations connexes, la Maker Faire et la conférence MakerCon, mais ce n’est pas grave : les créateurs des Machines de l’île ont participé aux deux.

La Maker Faire est à l’origine une foire-exposition créée en 2006 par la société Maker Media, éditrice du magazine de bricolage Make:. Au fil des années, elle a pris de l’ampleur, devenant une sorte de concours Lépine américain, avec une orientation davantage high-tech.

La Maker Faire est une manifestation commerciale. Y être présent n’a rien de spécialement honorifique : c'est payant. Son succès lui vaut d’avoir de nombreux parrains et exposants comme Google, Microsoft, Dremel, Makeblock, Qualcomm, etc. Des bricoleurs désireux de commercialiser leurs inventions s’y montrent aussi. En marge de la Maker Faire, la conférence MakerCon (on comprend pourquoi MM. Orefice et Delarozière ne l’appellent pas par son nom) est destinée aux professionnels : fournisseurs de machines et logiciels, aspirants créateurs d'entreprise, etc.

Pourquoi Les Machines de l’île auraient-elles voulu être présentes à la Maker Faire et à la MakerCon ? Elles ne sont pas le produit d’un bricolage et n’ont rien à vendre aux bricoleurs américains. Les Machines de l’île, non. Mais MM. Orefice et Delarozière, peut-être. Car ils ne sont pas seulement les concepteurs des Machines de l’île, ils sont aussi les animateurs de deux structures de droit privé qui vendent leurs prestations : Manaus pour l’un, La Machine pour l’autre. Et justement, voici comment le programme officiel de la Maker Faire les présentait 


L’objectif commercial de François Delarozière était encore mieux explicité dans la présentation des Machines de l’île par les organisateurs : « L’atelier de la société La Machine dirigée par F. Delaroziere est le cœur des Machines. L'entreprise exporte ses spectacles dans le monde entier. » 

MM. Delarozière et Orefice auront quand même dû compacter leur argumentaire puisque leur intervention à la MakerCon était calée, en même temps que trois autres, dans un créneau d'un quart d'heure, entre 17h45 et 18h00 !

Que des entreprises nantaises cherchent à vendre leurs prestations à travers le monde, on ne peut que les en féliciter. Sous une réserve quand même : que les dépenses liées à la manifestation aient été supportées par les entreprises elles-mêmes, Manaus et La Machine, et non par Les Machines de l’île, dont les déficits sont couverts par les contribuables nantais.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour info dans http://www.citedelenergie.com/fr/le-spectacle-dragao à Shanawigan /Quebec tu trouvera un dragon pas mal... plus gros encore...et il parle !

Anonyme a dit…

Lecteur assidu de votre blog depuis de nombreuses années, je m'interroge sur la non-réaction généralisée des personnes visées par vos pertinentes dénonciations comptables, hormis bien-sûr les rares commentaires déposés par quelques trolls vous accusant par exemple de "salir" notre ville (on est prié de ne pas sourire)

Je comprends aisément votre volonté de rester anonyme mais ne serait-il pas venu le temps de rentrer dans le lard de ces personnages dispendieux en proposant un débat public avec les Delarozière, Oréfice ou autres cultureux de la mairie de Nantes voire J.R herself. Je ne voudrais pas que l'on continue de dilapider l'argent des contribuables avec ce futur projet à 35 millions d'euros encore plus débile que les autres.

@Sven, nous comptons sur vous...

Sven Jelure a dit…

@ anonyme d'hier 19:10 : merci pour la référence. Je connaissais déjà plusieurs dragons mécaniques, mais pas celui-là. Je ferai sûrement un article sur ce thème un de ces jours.

@ anonyme d'aujourd'hui 11:31 : votre suggestion est flatteuse pour moi, je vous en remercie, mais le terrain politique n'est pas le mien. Bien entendu, je regrette que l'opposition municipale ne montre pas plus de pugnacité, mais c'est son affaire et je ne suis pas de taille à lui suppléer. Et mon domaine, c'est l'écrit ; le débat public, je ne sais pas faire. Je m'élève contre l'erreur stratégique qu'ont été Les Machines de l'île, contre le gaspillage supplémentaire que serait l'Arbre aux hérons, contre les affirmations infondées et les raisonnements tendancieux de leurs protagonistes mais je ne leur en veux pas personnellement, je sais qu'un vrai créateur est prêt à tout pour donner vie à son imagination. Je dirais même plus : selon moi, F. Delarozière a du talent et P. Orefice est sympathique. J'aurais donc du mal à leur "rentrer dans le lard". Pour ça, il faut un vrai "debater", ce que je ne suis pas.