lundi 14 septembre 2015

Bilan du Voyage à Nantes 2015 : des chiffres à la Debombourg

Les bilans du Voyage à Nantes ne déçoivent jamais. « Cet été, le Voyage à Nantes a enregistré 2.056.000 passages sur les sites jalonnant la ligne verte, soit 66.745 passages de plus que l’an dernier », trompette le site web de la ville de Nantes. Le nombre de « passants » aurait donc augmenté de près de 3,4 %.

C’est ça un succès ? La plupart des sites touristiques bretons évoquent des fréquentations en hausse
de 5 à 10 %. Le Puy du Fou, qui dénombre des billets vendus et non de simples passants comptés par des « médiateurs », annonce 12 % de visiteurs de plus qu’en 2014. De quoi avons-nous l’air avec nos 3,4 % ?

Mais ce n’est pas tout. Les 2.056.000 passages, indique Nantes Métropole, ont été comptabilisés par 36 médiateurs sur 54 sites. Bravo aux médiateurs qui ont réussi à décompter des passants sur des sites où ils ne se trouvaient pas !

Et ce n’est encore pas tout. Si Le Voyage à Nantes a enregistré cette année « 66.745 passages de plus que l’an dernier », c’est donc qu’on avait compté l’an dernier 1.989.255 passages (2.056.000 – 66.745), n’est-ce pas ? Eh ! bien pas du tout. Le bilan officiel du Voyage à Nantes de l’an dernier publié le 4 septembre 2014 faisait état de 2.101.800 visites. Au lieu de gagner 66.745 passages, on en aurait en réalité perdu 45.800 !

Et attendez, ce n’est pas fini ! Le bilan de l’an dernier, toujours lui, précise que les 2.101.800 visites de l’an dernier ont été comptabilisées sur 33 sites. C’est-à-dire 21 sites de moins que cette année. Évidemment : comme une bonne partie des visiteurs suivent la ligne verte, plus on place de points de comptage, meilleurs sont les résultats. Le touriste discipliné qui parcourt la totalité de la ligne a été compté pour 33 passages l’an dernier et pour 54 cette année. Il faut croire que ça n’a pas suffi puisque le total est inférieur cette année : le nombre moyen de passages par site se serait effondré, de 63.691 à 38.074 ! Du moins à en croire les chiffres fournis par le Voyage à Nantes lui-même ; heureusement, ils n’ont jamais été très crédibles.

12 commentaires:

Cyril44 a dit…

Je ne peux m'empêcher de faire un parallèle entre le tourisme à Nantes et l'aéroport NDDL.

L'aéroport NDDL est promulgué pour favoriser le rayonnement de Nantes à l'international et donc le tourisme notamment avec création d'emplois à la clé.
La hausse record de la fréquentation de Nantes Atlantique et son influence sur l'économie nantaise est désormais prouvée : elle est inexistante !

D'un autre côté, l'agglo nantaise dissuade les gens de venir en voiture jusqu'aux machines avec des conditions de circulation rendues immondes par les nombreux travaux estivaux, et dorénavant à la fois par l'élargissement de la zone rouge de stationnement, l'ajout de places de stationnement dans des rues déjà étroites.
Et si en plus la cantine du VAN est toute aussi immonde...

Dans le coeur de ville, la piétonnisation du cours des 50 otages, de l'allée Bacco, la fin de la gratuité d'accès au bar Le Nid (un des symboles les plus forts du VAN) font exploser en plein vol la proportion de touristes à Nantes.

Résultat : Nantes a des sites formidables mais paradoxalement fait tout pour les rendre inaccessibles.
Grosso modo, il est demandé de faire venir les touristes mais de les empêcher de visiter...

Sven Jelure a dit…

Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il n'y a aucun rapport entre la hausse de la fréquentation de l'aéroport et le tourisme à Nantes. On voit plus de touristes à Nantes aujourd'hui qu'il y a quelques années. La fréquentation du Voyage à Nantes et le trafic low-cost à Nantes-Atlantique ont probablement un certain lien (je voudrais en faire un billet un de ces jours). Mais ce n'est pas un cercle vertueux puisque le système ne fonctionne qu'à condition que la collectivité y injecte des efforts et des budgets considérables, pour des retombées économiques au mieux médiocres. En revanche, il pourrait exister un cercle vicieux entre aviation low-cost et attractions bas de gamme, au détriment de l'image de Nantes, ville de distractions mineures pour touristes à petit budget.
Par ailleurs, d'accord avec vous sur la contradiction entre la prétendue aspiration touristique de Nantes et ses conditions de circulation difficiles. Il faudrait savoir ce qu'on veut, et je crois que Jean-Marc Ayrault ne l'a jamais vraiment su.

Anonyme a dit…

Vous pouvez faire le même exercice avec les chiffres du débat Loire... La grande journée citoyenne qui devait réunir 1000 personnes en a mobilisé...261 sur 5 sites. Le plus savoureux c'est qu'un article du journal interne de Nantes métropole indique fièrement que, pour cette journée, il a fallu mobiliser une centaine d'agents.

Sven Jelure a dit…

Merci du tuyau ! La gonflette est décidément une seconde nature chez nos édiles !

Anonyme a dit…

Passé un certain âge, ça ne suffit plus : il faut envisager la liposuccion. Mais le "dégraissage de mammouth" ne semble pas à l'ordre du jour, ni aux Machines, ni ailleurs. Il est tellement plus facile d'engraisser les chiffres... - parce que je vous trouve un peu trop généreux, lorsque vous parlez de gonflette ! Y'a pas que du muscle, à mon avis !

Cyril44 a dit…

"Mais le "dégraissage de mammouth" ne semble pas à l'ordre du jour, ni aux Machines, ni ailleurs. "
pas sûr ; divulguer de "fausses" statistiques sur la fréquentation touristique pourrait justement être un moyen pour couler plus discrètement l'éléphant dans la Loire...
Faire croire au public que tout marche correctement alors qu'en coulisse c'est tout l'inverse : ce ne serait pas la première fois que ça arriverait à Nantes (cf Salons Mauduit, l'Hotel de la Duchesse, les deux musées encore en travaux, etc...).

Autrement, la grande journée citoyenne a mobilisé presque autant d'agents de NM que de visiteurs.

Anonyme a dit…

Egalement etonné par les chiffres du VAN 2015. A la même remarque que vous sur la baisse de "fréquentation" (2.101 vs 2056) il m'a été repondu que les périodes n'etaient pas les mêmes et que VAN 2014 avait durée une semaine de plus que 2015 !
Il m'a aussi été repondu que ces chiffres ne comprenaient pas "l'extraordinaire" succès de LongLa qui aurait cumulé selon Delarozieres pas moins de 300.000 visiteurs !
Quand à la frequentation de l'aéroport et son impact sur le tourisme local (et pour le pratiquer regulierement) jai rarement vu des lowcost de Barcelonais, Madrilains, Romains, Venitiens ... venir envahir Nantes (pourtant cités "d'art et de culture") malgrès les rotations quotidiennes vers ces destinations. L'aéroport n'attire pas les touristes etrangers, il fait plutôt fuir les locaux et Bretons vers des destinations bien plus attrayantes que Nantes.

Sven Jelure a dit…

En effet, Le Voyage à Nantes a officiellement commencé le 27 juin en 2014 et le 3 juillet en 2015. Une semaine de différence, donc, mais une semaine spécialement creuse -- au point que j'y verrais volontiers la raison du raccourcissement de l'édition 2015. En clair : des festivités de lancement organisées en juin sont gaspillées parce qu'elles ne peuvent pas attirer grand monde. En juillet, c'est déjà autre chose. Donc, en retardant le lancement, on devrait au total gagner du public et non en perdre ! Par ailleurs, si le public intéressé est aussi nombreux sur deux années successives, la manifestation la plus courte donne l'impression d'être plus réussie parce qu'il y a plus de visiteurs chaque jour (de même que 300 personnes dans une salle de 1000 places, c'est un désastre, alors que 300 personnes dans une salle de 250 places, c'est un triomphe !).
Mais de toute manière, l'important n'est pas dans la durée mais dans le nombre des points de comptage.? Comme on compte en grande partie les mêmes passants, il suffit de les compter sur 11 points de passage au lieu de 10 pour gagner d'un coup 10 % de fréquentation.
Quant à Long Ma, qui a assurément rencontré un grand succès, même si le comptage est difficile vu les conditions, ce n'était pas une manifestation du Voyage à Nantes. On s'est juste empressé de lui mettre un coup de tampon (ce qui, je suppose, a aussi permis de lui allouer un budget, sans quoi il aurait fallu faire voter une subvention par la ville).

Cyril44 a dit…

"Quant à Long Ma, qui a assurément rencontré un grand succès, même si le comptage est difficile vu les conditions, ce n'était pas une manifestation du Voyage à Nantes." peut-être était-ce un spectacle pour faire la promotion du VAN et donc de tenter d'enrayer la baisse de la fréquentation.

Bombo a dit…

Quels esprits chagrins ! Vous allez voir, avec le Miroir d'eau, on aura des +50% l'année prochaine !
Ou même dès cette année, pourvu que le climat coopère, pour transformer l’apparat en patinoire

Anonyme a dit…

En marge de ces petits comptes d’apothicaires, j'encourage vivement les adeptes de l'art contemporain avec un grand "A" à visiter un évènement éphémère, un peu en marge du très officiel VAN.
Une partie du off en quelque sorte et peut être l'oeuvre la plus séduisante par le jeu des multiples perspectives et des reflets dans l'onde :
Les piles de la passerelle démontée de l'ile de Versailles, drapées avec maestria par un artiste anonyme adepte de Christo.

ZeK a dit…

Rien ne me surprend plus désormais ! Il suffit de regarder la fréquentation du portail citoyen de Nantes (pour lequel j'ai participé en tant que consultant "citoyen"). Voici un outil qui devait donner la parole à 600 000 personnes mais qui, au bout d'un an et demi après sa mise en ligne ne compte que 193 contributions (dont la plupart sont des notes de test des développeurs et des infos "officielles" de la Ville de Nantes) et 103 inscrit-e-s, dont les participants au projet soit environ quarante personnes. On est à vingt mille lieues de l'outil censé redonner la parole aux citoyens... Mais, dans la "com" de Nantes Métropole, nous ne sommes pas à une contradiction près !