mardi 4 novembre 2014

Les trois mystères pékinois du cheval-dragon : (etc.) la surprise du cinquantenaire

Comme les Trois mousquetaires, les trois mystères du cheval-dragon en comptent un de plus. Mais on préfère éviter de tracer un chiffre que la numérologie chinoise juge maléfique. Certains ascenseurs pékinois passent directement du 3ème au 5ème étage.

Le spectacle de l’araignée et du cheval-dragon était, paraît-il, destiné à célébrer le cinquantenaire du rétablissement de relations diplomatiques entre la Chine et la France. Or ledit rétablissement a eu lieu le 27 janvier 1964. Le spectacle de La Machine avait donc huit mois et demi de retard.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cependant, ce cinquantenaire avait été préparé de longue date, en France comme en Chine. Un comité d’organisation des festivités avait été constitué dans chaque pays, des mécènes trouvés et un programme de plusieurs centaines d’événements mis au point. Parmi les principales manifestations prévues en France à partir de la fin 2013 figuraient en particulier la soirée « Nuit de Chine » du Grand Palais à Paris le 27 janvier et une visite d’État du président chinois Xi Jinping.

 De l’autre côté du globe, l’ambassade de France en Chine recensait « huit événements phares » :
  1. Exposition de la Fondation Charles de Gaulle/Concert de la Garde Républicaine (27 et 28 janvier 2014)
  2. Semaine de la science et de la technologie (du 21 au 28 février)
  3. Les 10 chefs d’œuvres du XIXe et XXe siècles (à partir du 11 avril),
  4. Le cinéma français à l’honneur en Chine, à l’occasion des festivals internationaux de cinéma de Hong-Kong (mars), Pékin (15 avril) et Shanghai (juin)
  5. La France invitée d’honneur du sommet « Annual China Green Companies » (20 au 22 avril)
  6. Mois franco-chinois de la « Science et de la Culture » (du 25 avril au 25 mai)
  7. Exposition « France Technologie (à partir de mai)
  8. Temps fort sur la recherche médicale (à l’automne)
De cheval-dragon, point ! Le recensement des manifestations établi par le comité officiel France-Chine 50 ne le mentionne toujours pas au 18 juin 2014 alors qu’il annonce par exemple une tournée du Ballet national de Marseille en Chine du 7 au 26 octobre ou une exposition de sculptures monumentales françaises à Shanghai du 18 octobre au 10 novembre…

En réalité, le spectacle de François Delarozière ne s’insère dans le programme des manifestations qu’en toute dernière minute, apparemment sans grand enthousiasme du côté des Chinois (à cheval-dragon donné, pourtant, on ne regarde pas les dents). L’agence de presse officielle Chine nouvelle l’annonce ainsi : « Du 17 au 19 octobre, le public chinois est invité à découvrir sur le site olympique de Pékin un spectacle inédit intitulé ‘Long Ma, l'esprit du cheval dragon’, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal. »

D’où le dernier (à ce jour) mystère du cheval-dragon : pourquoi cette arrivée en catimini dans le programme, à la demande de qui, au profit de qui et dans quelles conditions ?

Aucun commentaire: