mardi 16 juillet 2013

Ils ont trop sniffé la ligne verte

Jean Blaise prétendait naguère faire de Nantes un « monument dispersé ». Cette expression pas très qualitative semble désormais bannie de la communication municipale. Mais la dispersion continue à faire des ravages.

Déjà, le fil vert du Voyage à Nantes se déclinait à travers la ville par petits bouts. Et voilà que se multiplient les fils verts en folie (ici, rue de l’Arche-sèche). De quoi égarer les éventuels touristes !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellent !...

Anonyme a dit…

C'est avec le fond d'un pot de peinture jaune fluo - type signalisation - que la ligne "verte" semble avoir été tracée... Toutes les méprises sont alors possibles !
Les affreux sacs de chantiers pré-tagués renforcent le sentiment d'un vaste bazar urbain, que les nantais subissent depuis quelques années. Quel plaisir de se reconnaître dans cette poussière de béton : voilà la véritable identité de la ville !
On sait d'avance le sort réservé aux plantes qui débordent des sacs : dans deux mois, à la poubelle. Courte vie que celle des plantes vivaces, dans notre merveilleuse cité normo-chlorophyllienne !