jeudi 15 novembre 2012

Bolopoly (3) : l’esprit de Gesell

La référence officielle de la future monnaie « complémentaire » nantaise est le système WIR de Bâle, en Suisse, qualifié d’« expérience décisive ». C’est après une visite à la WIR Bank en mars dernier que Jean-Marc Ayrault a lancé la réalisation du projet.

Cette banque, note le site du projet nantais, a été « fondée en 1934, par des entrepreneurs suisses inspirés par Silvio Gesell ». Silvio Gesell  (1862-1930), économiste libertarien, a inspiré la création de plusieurs monnaies locales en Europe et en Amérique entre les deux guerres mondiales. Le WIR, seul à avoir prospéré, n'a pas tardé à s'écarter de ses enseignements sur un point majeur : l’intérêt. Pour Gesell, l’argent ne devait pas produire d’intérêts mais au contraire perdre de la valeur progressivement, ce qui inciterait à le dépenser au plus vite.

La monnaie nantaise devrait être plus fidèle à Gesell que le WIR lui-même puisque, indique le directeur du Crédit municipal cité par Ophélie Lemarié dans Nantes Passion, « on n’a pas le droit de la stocker pour obtenir des intérêts ». Il est même envisagé d’imposer des pénalités à ceux qui ne dépenseraient pas assez vite, conformément au mécanisme de la perte de valeur, ou fonte, imaginé par Gesell (...et qui rapporterait de l’argent au Crédit municipal).

Gesell a exposé ses idées dans L’Ordre économique naturel. Il y explique ainsi les principes fondateurs de ses théories économiques :
« La prospérité du genre humain, comme celle de tous les êtres vivants, exige avant tout que la sélection s’effectue selon les lois naturelles. Or ces lois veulent la concurrence. Seul le triomphe de la concurrence économique peut ouvrir à l’humanité la voie d’un développement profitable de l’eugénisme. Pour recueillir tout le merveilleux effet des lois de la sélection naturelle, il faut établir l’ordre économique de telle manière que la concurrence s’exerce comme le veut réellement la nature ; c’est-à-dire avec les armes fournies par la nature ; tout privilège étant exclu. Il faut que les succès remportés par les compétiteurs soient dus exclusivement à leurs qualités innées. Ce n’est qu’à cette condition que les causes de succès seront transmises à la descendance et amélioreront les caractères généraux du genre humain. (…) Alors nous serons en droit d’espérer qu’avec le temps, l’humanité se déchargera du fardeau des êtres inférieurs, fardeau que lui ont imposé des milliers d’années de sélection faussée par l’argent et les privilèges. Nous serons en droit d’espérer que le pouvoir échappera des mains de ceux qui détiennent les privilèges et que l’humanité, conduite par les plus nobles de ses fils, reprendra son ascension depuis longtemps interrompue, vers des buts divins »
Aïe, aïe, aïe...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Et ils croient vraiment à un tel projet, nos élus ?
Sont devenus fous !

Sven Jelure a dit…

Houla, non, je ne pense pas qu'ils signeraient ce texte ! Mais c'est pourtant de ces principes que découlaient les vues "libertariennes" de Gesell, qui était à la base un ultra-libéral. Au passage, je note que la municipalité Ayrault a débaptisé le boulevard Alexis Carrel en 1993 à cause de déclarations beaucoup moins radicales !

Anonyme a dit…

JMA et ses comparses ne sont pas à un revirement près...ils nous le prouvent jour après jour... !