mardi 13 novembre 2012

Bolopoly (1) : un nom pour la monnaie nantaise

Nantes veut créer une monnaie locale bien à elle. Le projet est mené tambour battant. Annoncée en 2006, la monnaie pourrait être disponible mi-2013. Sept ans de gestation : c’est bien mieux que les quatorze ans du Mémorial. Le projet est porté par Pascal Bolo, adjoint au maire de Nantes et inspecteur des impôts de profession. Mais cet argent-là restera dans la poche des contribuables (façon de parler, bien sûr, puisqu’il sera virtuel).

« L’idée s’inspire d’une expérience menée à Bâle, en Suisse, depuis 1934 », explique Ophélie Lemarié dans l’article qu’elle a consacré à ce montage (Nantes Passion, octobre 2012). Une « expérience » qui s'étale sur plus de trois-quarts de siècle est-elle concluante ? D’une certaine manière, oui : au contraire de bien d’autres, le WIR bâlois a réussi à survivre, ce qui n’est déjà pas mal. En fait, le système s’est même beaucoup élargi depuis que l’établissement qui le gère s’est transformé en banque « normale ».

La ville de Nantes lance après-demain sur son site www.unemonnaiepournantes.fr  un concours d’idées pour trouver le nom de sa future monnaie. Jusqu’à présent, il était question de l’appeler Nanto. Mauvaise pioche : il existe une Nanto Bank au Japon. Son cours de Bourse a chuté de moitié entre mai 2007 et mai 2012. Nanto désigne aussi un art martial imaginaire mais ultra-violent pratiqué dans certains mangas japonais. C’est enfin le nom japonais de la constellation de la Louche, l’une des vingt-huit constellations de l’astrologie chinoise. On imagine le slogan : Nanto, la monnaie louche et brutale !

On peut faire bien mieux : en hommage à son promoteur, nommons cette monnaie Bolopoly !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellent le Bolopoly ! Sauf que ce n'est pas un jeu contrairement à ce qu'en pensent nos élus illuminés...

Sven Jelure a dit…

Pas un jeu, non. Mais peut-être un joujou ?

Anonyme a dit…

Oui, vous avez raison pour eux, c'est un joujou qui risque de nous coûter cher...