jeudi 4 octobre 2012

Oui, le Carrousel est trop cher – pour les contribuables

L’entrée du Carrousel des mondes marins coûte-t-elle trop cher ? demandent Stéphane Pajot et Philippe Corbou dans Presse Océan aujourd'hui.

Personne n’est obligé de fréquenter le Carrousel. Ceux qui le font votent avec leur porte-monnaie : pour eux, le billet n’est pas trop cher. À l’entrée, en tout cas ; à la sortie, c’est peut-être autre chose. Mais la question de Presse Océan est mal posée. Il y a au moins une catégorie de gens pour lesquels le Carrousel est trop cher : les contribuables nantais.

Ils ont payé le Carrousel (avec l’aide des contribuables du département, de la région et de l’Union européenne). Ils lui ont gracieusement octroyé un emplacement privilégié en bordure de Loire. Et, par-dessus le marché, ils subventionnent ses visiteurs. « Nous avons une subvention pour (…) 1,1 million d’euros », admet Pierre Orefice, directeur des Machines de l’île.

En créant les Machines de l’île, après une dizaine d’années de réflexions sur la manière d’utiliser le site des anciens chantiers navals pour dynamiser l’économie locale, Nantes Métropole comptait constituer un pôle touristique rentable qui attirerait des voyageurs du monde entier*. Passé les deux ou trois premières années de fonctionnement, l’équipement devait s’autofinancer. C’est complètement raté.

Sur le papier, 160.000 visiteurs suffisaient à équilibrer les comptes. Avec près du double, les contribuables doivent quand même allonger 1,1 million d’euros. Entre 3 et 4 euros de subvention pour chaque visiteur. Paradoxalement, plus les visiteurs sont nombreux, plus le déficit croît. On espère que le Carrousel mettra fin à cette spirale infernale.

Et qu’on ne vienne pas dire, comme certains tentent à présent de le faire, que les Machines sont un équipement « culturel », et qu’il serait donc grossier de parler d’argent : la communauté urbaine a expressément délibéré sur un projet touristique. Juridiquement, d'ailleurs, les questions culturelles n'étaient pas de sa compétence.
____________
Sept projets avaient été proposés à l’époque. Ils avaient été soumis pour évaluation à un cabinet spécialisé, le canadien Cultura. Le projet des Machines avait été classé dernier. Les édiles nantais avaient préféré ignorer cet avis.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

M. Orefice dit que le Carrousel n'est pas comparable aux manèges des fêtes foraines. Il a raison. Les forains paient eux-mêmes leur investissement, ils paient une redevance pour leur emplacement et il ne peuvent compter sur les contribuables pour boucher les trous en cas de déficit.

Xavier Millième a dit…

Sept projets avaient été proposés à l’époque.

En avez-vous un bref descriptif? Ça m’intéresse..

Sven Jelure a dit…

Oh ! je dois avoir ça au fond d'une boîte d'archives mal classées, que je n'ai pas le temps d'explorer aujourd'hui. Mais vous trouverez quelques indications dans ce document (par. 14): http://vertigo.revues.org/8699?lang=pt