samedi 7 juillet 2012

À Dieu ne Blaise

Marie-Pierre avait vu la Vierge. De 2005 à 2010, elle a tenu une fois par mois à Vallet un « cénacle » où la mère de Jésus parlait par sa bouche devant des centaines de personnes, venues souvent de fort loin. Elle avait créé une association qui multipliait les activités de bienfaisance (aide aux démunis, accueil de femmes en détresse, enseignement en Afrique…) grâce aux dons des fidèles.

Dons, vous avez dit « dons » ? Voilà ce qui fâche ! Voilà le point faible ! La « messagère de l’amour », une fois rejetée par l’Église, intéresse la justice qui ouvre une enquête pour escroquerie. Il n’y a sans doute pas grand chose à gratter puisque Marie-Pierre n’est finalement poursuivie que pour « recel de bien obtenu à l’aide d’un abus de confiance ». Sur les sommes reçues des fidèles, 29.000 euros auraient servi à rénover sa maison. Pas le hold-up du siècle, mais après tout, Al Capone est bien tombé pour fraude fiscale…

Et puis, Le Voyage à Nantes
ne s'est pas rangé sous le
signe de la croix mais
sous celui de la banane.
Résumons-nous. Une brave dame un peu allumée prétend faire de la religion avec une statue de la Vierge, quelques cierges et de bonnes paroles. Les gogos accourent et s’extasient. L’argent coule à flots. C’est suspect.

Un brave homme nettement allumé prétend faire de la culture avec un mur d’escalade, quelques crêpes et de grandes déclamations. Les gogos accourent et s’extasient. L’argent coule à flots. C’est magnifique.

Mais n'allons pas comparer. Le financement du Voyage à Nantes ne doit rien à la générosité d'un public crédule : il est pris d’autorité dans la poche des contribuables. Et de toutes façons, l’affaire de Marie-Pierre a fait flop : le tribunal correctionnel de Nantes vient de relaxer la messagère de l’amour.


2 commentaires:

Leblanchet a dit…

Ce parallèlisme jubilatoire illumine l'extase nantaise qui s'érige en modèle, puisque Lille devrait rejoindre un projet commun avec le Palais de Tokyo, comme pivot. Non, rien de politique, juste un modèle de développement touristico-culturel.

La Sainte Trinité culturelle.
Il y a dans le tourisme trois hypostases et une seule culture : Jean Blaise, Didier Fusillier, Jean de Loisy.

Sven Jelure a dit…

Votre talent exégétique m'épatera toujours...