mardi 20 mars 2012

Nantes Métropole fait le ménage vite mais pas bien

Nantes Métropole a de bonnes lectures. On évoquait ici-même, vendredi en fin d’après-midi, une page de son site web annonçant que le Mémorial de l’abolition de l’esclavage serait financé par le mécénat à hauteur d’un demi-million d’euros.

Dès lundi matin, cette page a été supprimée*. On espère que le financement ne l’a pas été du même coup.

Cela dit, le travail n’a pas été fait à fond. La ventilation du financement entre FEDER, ville de Nantes, conseil général, conseil régional et mécènes, ces derniers inscrits pour 500.000 euros, reste visible à cette heure sur une autre page web de Nantes Métropole !


De son côté, l’avis de marché publié en mars 2009 annonçait les « financements envisagés » suivants : Nantes Métropole 31%, Ville de Nantes 14%, Région 14%, Département 14%, FEDER 18% + Mécénat non connu. L’addition des pourcentages indiqués donne 91 %. On en déduit donc que ce mécénat « non connu » était censé fournir 9 % d’une facture totale alors évaluée à 6,9 millions d’euros, soit 621.000 euros. Où sont les sous ?
____
* Rectificatif au 23 mars : la page web est réapparue depuis lors. Peut-être s'agissait-il seulement d'une indisponibilité provisoire. Un cofinancement par le mécénat à hauteur de 500.000 euros y est toujours indiqué. Et aussi une livraison du mémorial « à l'été 2011 » !

2 commentaires:

David Billaud a dit…

Bonjour Sven
Outre la critique systématique, vous auriez pu avoir l'honnêteté de préciser que la date de mise à jour du site de préprod de NM est avril 2010
Sinon, des fois, ça vous plait Nantes ?

Sven Jelure a dit…

Bonjour David,
avril 2010 en effet, merci de le noter : cela prouve bien 1) que le ménage n’est pas fait tous les jours 2) que Nantes Métropole a eu près de deux ans pour parvenir aux 500 KF de financement par le mécénat annoncé. On verra bien si elle a l'honnêteté de préciser où elle en est aujourd'hui.
A part ça, oui, j'aime Nantes et je déplore la médiocrité systématique avec laquelle elle est gouvernée.