mercredi 29 juin 2011

« Et le mur résistera, comme dans les cauchemars »

« Où mettre le mur de Royal de Luxe ? » demande Presse-Océan dans l’un de ses forums du moment. Voici tout juste six mois, la même question se posait à propos de la Villa Déchets bâtie sur l’île de Nantes.

Il y a une claire parenté entre le mur et la Villa. Ce sont deux opérations médiatiques « à la manière de », provisoires mais pérennisables dans des conditions non préparées à l’avance.

En fin d’opération, la Villa a été soigneusement démontée et mise de côté dans l’attente de jours meilleurs. On annonçait alors son remontage au mois d’avril dernier dans l’éco-quartier de La Bottière. Autant qu’on sache, ses déchets restent précieusement conservés dans les ateliers municipaux, pour une durée indéterminée. Ce sont des déchets durables, les mieux protégés de Nantes.

Le mur aussi mérite protection : contre les grapheurs, contre les pisseurs, contre les collectionneurs… Où le mettre ? Avec la Villa Déchets, bien sûr !

4 commentaires:

lucm.reze a dit…

« La Villa Déchets, projet décalé et original mais aussi sérieux et ambitieux, est soutenue par des parrains prestigieux. » nous dit-on sur le site de l'association www.villa-dechets.org

Si je comprends bien, cette passionnante opération terminée, la ville de Nantes se retrouve avec un tas de déchets qu’il est politiquement incorrecte de mettre à la poubelle. Les prestigieux parrains sérieux et ambitieux que proposent-ils ? Je suppose que l'on mettra tout ça discrètement à la déchèterie dans quelques années.

Sven Jelure a dit…

Ce glorieux bidonville semble mal parti, en effet.

Leblanchet a dit…

Qui mieux que Jules Verne a su décrire Nantes?
Un quartier neuf et présentable.
Entre bon nombre de hideux.
Des sots bâtissant sur le sable
En affaire peu scrupuleux ;
De science, un peuple incapable
A son endroit toujours crasseux
Quelques milliers de cerveaux creux
D’une bétise indécrottable
De riz, de sucre un peuple marchand
Sachant bien compter son argent
Qui le jour, la nuit le tourmente ;
Le sexe en général fort laid
Un clergé nul, un sot préfet
Pas de fontaines : c’est à Nantes”

Sven Jelure a dit…

Houlala, à côté de cette volée de bois vert, le présent blog paraît presque louangeur.