dimanche 28 février 2010

L’Amayraultcain

À ses anciens maires, on l’a dit (http://lameformeduneville.blogspot.com/2009/12/identite-municipale-3-la-ville-dont-le.html), Nantes dédie des rues d’autant plus longues que leur carrière fut brève. En bonne logique, après un mandat record, Jean-Marc Ayrault devrait, un jour qu’on lui souhaite lointain, donner son nom à quelque impasse, courte mais bonne. Mais sait-on qu’il existe déjà un boulevard Ayrault à Angers et une place du Bailli Ayrault à Pompaire ?

Il y a même une Ayrault Road et une Ayrault Street aux États-Unis. La première est à Fairport, dans le Nord de l’État de New York. Un lieu charmant, le long du canal Érié, qui s’est longtemps appelé canal Barge. L’endroit est chic, à écrasante majorité WASP. Une famille Ayrault y a créé une exploitation agricole vers le début du 18ème siècle.

Un Ayrault marchand d'esclaves
Ayrault Street est plus chic encore : elle se trouve à Newport, dans l’État semi insulaire de Rhode Island, une petite ville patricienne où Kennedy et Eisenhower avaient leur résidence secondaire. On y a longtemps disputé les régates de l’America’s Cup. Pierre Ayrault, huguenot originaire de l’Ouest de la France, s’y est installé à la fin du 17ème siècle. La famille a connu son apogée avec Stephen Ayrault, riche négociant de la deuxième moitié du 18ème siècle.

Négociant en quoi ? Bingo ! Newport était à cette époque le centre névralgique de l’esclavage en Nouvelle-Angleterre. Plus de mille expéditions vers l’Afrique y ont été armées. Contrairement à Nantes, où jamais esclave ne débarqua, Newport hébergeait de nombreux captifs (aujourd’hui encore, les Noirs forment 17 % de la population locale). Ils travaillaient en particulier dans les nombreuses distilleries de l’endroit. Celles-ci produisaient du rhum qui serait expédié vers l’Afrique pour y être échangé contre de nouveaux esclaves. Stephen Ayrault occupait une place importante dans ce trafic.

Newport compte aujourd’hui plusieurs musées, mais pas un seul mémorial à l’abolition de l’esclavage.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Interessante la une de l"Informateur Judiciaire"; on dirait du SVEN ! A trouver dans les kiosques sinon je vous enverrai le scan yves.laine@sfr.fr

Sven Jelure a dit…

Cher Yves Lainé, je vous assure que je n'y suis pour rien !